logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

PIERRE PRÉCIEUSES

Exposition du 16 septembre 2020 au 14 juin 2021

Grande Galerie de l'Évolution, Paris V

Plus d’information sur www.jardindesplantesdeparis.fr

Objets de nature et de culture, de science et d’art, de pouvoir et de séduction, les pierres précieuses fascinent autant qu’elles questionnent. Depuis sa formation, il y a 4,6 milliards d’années, la Terre produit une diversité inouïe de minéraux rares, convoités depuis des millénaires. Au Muséum National d’histoire naturelle, ils sont devenus des objets de science dès le XVIIIe siècle. Depuis, partout dans le monde, minéraux et gemmes se révèlent une source d’inspiration pour les scientifiques, les joailliers et pour les artistes de tous les univers... Les trésors de la collection du Muséum – rarement exposés ou récemment redécouverts – établissent un dialogue inédit et superbe avec les bijoux de la Maison de haute joaillerie Van Cleef & Arpels, au sein de la Grande Galerie de l’Evolution à Paris. Courez au pays des merveilles !

 





L’HOMME QUI MARCHE
Samedi, 11 Juillet 2020 16:55

Toute la généalogie de l’Homme qui marche, le plus célèbre motif des œuvres créées par Alberto Giacometti, depuis la période surréaliste jusqu’aux icônes réalisées entre 1959 et 1960, est à découvrir au sein de l’intime et superbe Fondation Giacometti à Paris. Saviez-vous que ce chef d’œuvre, dont la première version a été sculptée en 1947 était, dans son premier état, une FEMME QUI MARCHE, créée en 1932 ? Cette magnifique et intrigante figure d’inspiration égyptienne est exposée avec, pour la première (et sans doute la dernière) fois, toutes les sculptures et tous les dessins réunis de l’Homme qui marche. Une exposition admirable à découvrir jusqu’au 29 novembre 2020.

 

 

L’Homme qui marche est l’œuvre la plus célèbre d’Alberto Giacometti, une véritable icône contemporaine. Avec ce motif, Giacometti a tenté de concentrer une force évocatrice pour humaniser le monde, l’histoire et l’art.

La finesse de l’œuvre, le mouvement souple et déterminé de cet homme qui marche reflète bien l’esprit de l’artiste qui souhaite affirmait que l’humain doit être au centre de toutes les préoccupations. Aspiration qui prend toute sa valeur chaque jour davantage par les temps qui courent. Cette œuvre figurative a aussi un aspect abstrait, rappelant les inspirations de l’artiste puisées dans les différentes mythologies romaines, grecques et égyptiennes sans pour autant les afficher distinctement. Monté comme une maquette, chaque boulette de terre posée (puis transformée en plâtre), est autant un mouvement humaniste appliqué par Giacometti qui cherchait à reproduire constamment le mouvement de la vie au quotidien : on marche pour se déplacer, chez soi, en ville, dans les cafés, les places, ... Cette Homme qui marche ne semble pourtant pas avoir d’origine et rend son aspect totalement universel.

Accompagnée de nombreux documents et dessins inédits, l’exposition raconte l’histoire de l’œuvre la plus connue de Giacometti.

On (re)découvre les Trois hommes qui marchent de 1948, la poétique Figurine entre deux maisons de 1950, trois des quatre Homme qui marche en grandeur nature, sculptures fondues en bronze, La nuit, une frêle jeune fille qui tâtonne dans le noir, Homme qui traverse une place, en 1949, …

La question de la figure humaine fut son sujet privilégié durant toute sa vie. Pas étonnant que le visiteur se reconnaisse dans l’Homme ou la Femme qui marche…

Florence Courthial

 

 

 

L’Homme qui marche

Du 4 juillet au 29 novembre 2020

Institut Giacometti

5, rue Victor Schœlcher, Paris 14

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h

Fermeture hebdomadaire le lundi.

Billetterie exclusivement sur réservation.

www.fondation-giacometti.fr

 

 

top