logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

20 ANS d'acquisitions du musée du Quai Branly Jacques Chirac

 

Exposition du 24 septembre 2019 au 26 janvier 2020

Musée du Quai Branly - Jacques Chirac

Plus d’information sur www.quaibranly.fr

20 ans. Les acquisitions du musée Quai Branly - Jacques Chirac, est une exposition remarquable, témoin de la vitalité des créations d'Afrique, d'Océanie, d'Asie et des Amériques. Depuis sa première acquisition en 1998 une statuette féminine provenant du Mexique, créée entre 600 et 200 avant J.-C., symbole iconique du musée du quai Branly, jusqu'à nos jours, vous découvrirez plus de 500 chefs-d'oeuvre des arts premiers, principalement...



Splendeurs naïves au musée Maillol
Mercredi, 11 Septembre 2019 17:33

Le musée Maillol accueille plus d’une centaine d’œuvres issues du monde passionnant, rêveur, insolite et inépuisable des artistes dits « naïfs » avec sa nouvelle exposition « DU DOUANIER ROUSSEAU À SÉRAPHINE, Les grands maîtres naïfs ». Appelés aussi « primitifs modernes » par le collectionneur et critique d’art Wilheim Uhde (1874-1947), ces artistes renouvellent la peinture avec leur propre style, à l’écart des avant-gardes et des académismes. Les couleurs éclatantes et chatoyantes des œuvres présentées, la spontanéité et l’authenticité des artistes nous enchantent et nous rendent joyeux. Extra !

 

 

Le musée Maillol nous surprend une nouvelle fois par la qualité des œuvres présentées au sein de ses espaces muséaux. Sur les pas d’Henri Rousseau et de Séraphine Louis, l’exposition révèle une constellation d’artistes tels que André Bauchant, Camille Bombois, Ferdinand Desnos, Jean Ève, René Rimbert, Dominique Peyronnet et Louis Vivin.

Autodidactes, ils ont créé des œuvres d’art en secret ou sur le tard, mus par une vocation contrariée, une injonction divine ou par l’histoire. Par nécessité, ils ont concilié leur pratique artistique avec leur métier souvent modeste : cantonnier, employé de maison, lutteur de foire, imprimeur, pépiniériste ou fonctionnaire des postes. On n’est pas sans penser au Facteur Cheval.


Ils peignaient souvent le dimanche et c’est pourquoi on les a aussi appelés les peintres du dimanche.

Certains furent exposés pour la première fois dans les années 20, dans des Salons et soutenus par des amateurs influents tels que André Breton, Pablo Picasso, Vassily Kandinsky, Le Corbusier, Henri-Pierre Roché, Maximilien Gauthier, Whilhem Uhde, Jeanne Bucher, Anatole Jakovsky et bien sûr, Dina Vierny la fondatrice du Musée Maillol.

En 1932, une exposition les primitifs modernes eu lieu à Paris. Ce regroupement d’artistes est un regroupement de collectionneurs.

Les peintres du cœur sacré, en lien avec le Sacré Cœur près duquel plusieurs artistes vivaient. Il y avait la foire au Prout où on pouvait découvrir ces artistes de Montmartre.

Le parcours présente des séquences introductives notamment avec un petit cabinet de curiosités, puis des sections par thèmes et par genre de peinture tels que Bouquets pour Dina, Portraits-paysages, les tables magnétiques, La Mer toujours recommencée, le plaisir des jours, les bêtes sauvages des Galeries Lafayette, Le Jardin de la vierge et Vue sur la ville.


Les artistes du naïf se sont inscrits dans une forme de tradition picturale en se consacrant à la peinture de genre : nature morte, portrait, paysage et en associant parfois plusieurs genres comme Rousseau avec des portrait-paysages. Ils n’appliquaient pas les règles de la perspective académique. Ces artistes sont presque tous autodidactes. D’ailleurs, il semblerait que les appeler des artistes autodidactes leur iraient mieux que naïfs…

Leur style de peinture est née dans un contexte historique particulier puisque c’était la révolution industrielle. La plupart des ces artistes ont quitté leur campagne pour venir travailler à Paris et sont les témoins de leur époque. Ils se revendiquaient comme des artistes isolés et solitaires, modernes mais peu exposés.

On peut trouver dans les œuvres exposées au sein du musée un effet d’inquiétante étrangeté car l’image est rendue ambiguë avec l’introduction du chevalet dans la peinture, par exemple ou encore avec des nus peints en très gros plan.

Ces artistes nous invitent à (re)découvrir un pan de l’histoire de l’art unique. Leur style est doté d’une spontanéité qui nous enchante.

L’exposition se termine avec un autoportrait de Bauchant au milieu des fleurs qu’il cultivait lui-même et en arrière-plan un paysage totalement fantasmé. Une image mentale qui retrace le passé de l’artiste. Le format est très grand, carré et très particulier parce qu’il a servi de modèle pour une tapisserie.

On quitte cette exposition très enthousiastes.

 

Si je pouvais avoir une œuvre exposée, ce serait n’importe quelle toile de Séraphine Louis.

Parce que tous les bouquets de Séraphine sont magnifiques et m’invitent aux rêves et à la méditation. C’est un plongeon dans le végétal à la fois dense et concentré et dans une ambiance mystique.

Florence Courthial


DU DOUANIER ROUSSEAU À SÉRAPHINE, Les grands maîtres naïfs

Exposition du 11 septembre 2019 au 19 janvier 2020

Musée Maillol

61 rue de Grenelle, 75007 Paris

Tél. 01 42 22 57 25


Ouvert tous les jours de 10h30 à 18h30.

Nocturne le vendredi jusqu’à 20h30.

www.museemaillol.com

#MaitresNaifs