logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

Zao Wou-Ki (1920-2013) : « L’espace est silence »

Musée d’Art moderne de la ville de Paris

jusqu’au 6 janvier 2019

Plus d’information sur

Le Musée d’Art moderne de la ville de Paris présente la première grande exposition consacrée depuis quinze ans à l’artiste Zao Wou-Ki (1920-2013) : « L’espace est silence », jusqu’au 6 janvier 2019. Zao Wou-ki aimait peindre ce qui ne se voit pas : le souffle de la vie, le vent, le mouvement, la vie des formes, l’éclosion des couleurs, leur fusion, … Si son œuvre est aujourd’hui célèbre, les occasions d’en percevoir la complexité sont encore trop rares



Cinq livres « cinq étoiles » chez Actes Sud
Lundi, 16 Juillet 2018 15:08

Vous êtes nombreux et nombreuses à chercher des listes de livres pour cet été. Avec cette vague de chaleur interminable, on a encore plus de plaisir à rester à l’ombre pour bouquiner allongés sous un arbre, sur un canapé ou dans un fauteuil, tout en sirotant un bon jus. Blackmap ne déroge pas à sa tradition de recommandations, en vous conseillant cinq livres de nature totalement différentes mais assurément excellentes. Les éditions Actes Sud ont un goût absolu et nous nous sommes vraiment régalés. Voici cette liste de livres écrits par des auteurs uniques dont la plume est vraiment séduisante et leurs histoires totalement captivantes. On leur donne 5 étoiles !

 

 

 

UN OCÉAN, DEUX MERS, TROIS CONTINENTS

Wilfried N’Sondé

272 pages, également disponible en livre numérique

Dans la basilique Sainte-Marie-Majeure de Rome, les visiteurs peuvent admirer un buste en marbre appelé Nigrita. Mais ils ne connaissent sûrement pas son histoire incroyable alors qu’il s’agit du premier ambassadeur africain admis au Vatican, Nsaku Ne Vunda ordonné prêtre et baptisé Dom Antonio Manuel, mort à Rome en 1608. Son histoire, romancée et racontée merveilleusement par Wilfried N’Sondé, est époustouflante, émouvante et haletante.

Nommé ambassadeur auprès du pape Clément VIII alors qu’il vit et prêche dans la petite ville de Boko située au Kongo, Nsaku Ne Vunda quitte son pays natal et va vivre un périple impensable. Il va devoir passer par le Nouveau Monde et s’embarquer sur un navire négrier, le Vent Paraclet, où toutes les atrocités existent, ce qui va ébranler sa foi en Dieu et surtout, en l’homme… Des côtes africaines au Brésil, des mer Caraïbes jusqu’à l’Italie, en passant par la péninsule ibérique et la Mer Méditerranée, Nsaku vit un voyage éprouvant et cruel. Pourtant, Nsaku fera tout pour rester digne devant l’Éternel, en gardant son cœur pur et tendre, sa compassion envers les êtres qu’il côtoie sera grandissante jusqu’à espérer pourvoir faire abolir l’esclavage une fois arrivé au Vatican…

Ce livre est exceptionnel et nous montre une nouvelle fois qui étaient et sont malheureusement encore les vrais sauvages ! Cet opus est un hymne à la liberté, à l’égalité et à la fraternité.

Un nouveau roman picaresque, puissant et troublant, écrit magnifiquement et poétiquement malgré un sujet grave. Wilfried N’Sondé mérite de nombreux prix et récompenses pour l’ensemble de son œuvre.

Pour Wilfried, ce roman est « un voyage d’hier pour réconcilier aujourd’hui ! »

Pourvu qu’il soit à tout jamais entendu…

Extrait, page 242 : « Mon âme se trouva des ailes de victoire sur moi-même, prête pour un nouvel envol. Je jubilais. Je n’abandonnerai pas les infortunés méprisés par les marchands et les rois, je les emmènerai avec moi vers la lumière. J’allais garder ce délicat souffle de vie qui activait encore faiblement les mouvements de ma poitrine, rendre compte des immenses injustices au nom de tous les hommes, quelles que soient leurs appartenances. Je trouvais le salut dans l’incertitude, là où le doute était né, là aussi où avait germé l’espérance. De vagues réminiscences de sérénité et de compassion passées remontèrent du fond de ma mémoire, des souvenirs de recueillement près de l’autel de la chapelle en haut de la colline. Avec eux, le goût de la paix et de la joie porté par le vent du soir chargé des odeurs familières de la campagne de Boko, le parfum des plantes, la beauté et la force de la nature. »


La Sonate à Bridgetower

(Sonata Mulattica)

Emmanuel Dongala

Ce roman a vu le jour en France grâce à Emmanuel Dongala, en janvier 2017, et, comme nous l’avons relu il y a quelques jours, nous sommes heureux d’en faire de nouveau sa promotion. Pourquoi ? Parce que loin des clichés de l’excellent roman « Photo de groupe au bord du fleuve » publié en 2010 qui relate une sacrée saga de femmes qui se révoltent, un livre qui magnifie la solidarité, Emmanuel Dongala fait revivre ici, dans Sonate à Bridgetower, le parcours étonnant du jeune violoniste prodige, George Bridgetower, fils d’un Noir de La Barbade, plutôt solitaire et pugnace, qui se fait passer pour un prince d’Abyssinie. En fait, la Sonate à Kreutzer, lui est due car c’est encore enfant qu’il l’a composée mais sa personnalité est malheureusement tombée dans l’oubli depuis fort longtemps. En effet, tout commence en pleine révolution française lorsque son père décide de s’installer avec lui à Paris (et dans d’autres villes européennes) pour lui faire connaître honneur, gloire et or… On ne vous en dira plus plus car vous allez plonger dans l’obscurité du fameux Siècle des Lumières, éclairé par cette « petite » vie méconnue et pourtant singulière, dans le monde des grands et des puissants… 336 pages lues d’une traite…

 

 

 


Les suprêmes chantent le blues

Edward Kelsey Moore

304 pages, Roman traduit de l’américain par Emmanuelle et Philippe Aronson

Auteur du best-seller Les Suprêmes (Actes Sud, 2014), Kelsy Moore revient, avec ce nouveau roman, sur une bouleversante histoire de pères et de fils, de péchés de jadis et d’acceptations à venir, incarnés par des personnages aussi puissants qu’attachants. On entre dans la vie de trois femmes, Clarice, Barbara Jean et Odette, de natures différentes, qui s’épaulent de jour comme de nuit, et on découvre leurs joies, leurs peines et leurs univers dans la petite ville de Plainview. Ce roman n’est pas la suite du premier mais les airs de blues correspondent bien aux états des âmes.

Mélos et mélodies sont au rendez-vous…

Edward Kelsey Moore a publié des nouvelles dans Indiana Revue, African American Review et Inkwell. Violoncelliste professionnel, il vit à Chicago.

 

 

 


La Belle de Casa

In Koli Jean Bofane

Parution en librairie le 22 août 2018

Nous attendions avec impatience un nouveau roman de In Koli Jean Bofane qui nous a tellement séduit avec ses Mathématiques congolaises en 2008 puis Congo Inc. Le testament de Bismarck en 2014.

Voici qu’il nous transporte dans la ville de Casa au Maroc, mégapole dans laquelle pour pouvoir bouger il est aussi « opportun de laisser tomber le code de la route » mais, pas que celui de la route, celui aussi de la déroute… La Belle de Casa est Ichrak, une jeune femme retrouvée un matin assassinée et l’enquête est racontée par un jeune Congolais novice dans la ville avec lequel le lecteur s’engouffre pour découvrir les affres de la vie des migrants, mais pas que. L’auteur dénonce ici, une nouvelle fois, la corruption des puissants, les magouilles et la concupiscence masculine, avec sa lucidité acérée et son humour féroce.

Ce roman très contemporain et haut en couleurs, décoiffe le lecteur par les épreuves d’une vie quotidienne de plus en plus complexe et violente, même dans une ville où les tresses se font et se défont avec dextérité, le tout dans une ambiance bruyante et métissée des quartiers populaires. Mais qui a tué la belle Ichrak, celle qui attirait les hommes comme une idole ? S’agit-il d’un crime passionnel ? D’une bavure policière ?

Le lecteur suit l’enquête avec un intérêt croissant, en tentant de découvrir les personnalités des protagonistes toujours en quête de sens et de sensations.

Le style unique d’In Koli Jean Bofane est rapide, vif et percutant, c’est pourquoi nous avons choisi de publier un des rares extraits où l’on puisse se poser un court instant…

page 77 : « Au-dehors, Casablanca respirait au rythme des pistons des moteurs des voitures, mais pas là. Le silence occupa l’espace pendant de longues minutes. On n’entendait rien. La lumière filtrée par des volets mi-clos était découpée en lamelles s’estompant contre certains des murs. Ichrak et Cherkaoui étaient chacun en eux. Sans doute n’avaient-ils plus rien à déclarer. Il existe des moments pour dire les choses mais ceux dédiés à l’introspection doivent être vécus avec paix ; cela convenait parfaitement et l’instant se prolongea de lui-même, rendant l’éther plus léger, de moins en moins oppressant. »

La Belle de Casa, à lire dès sa sortie…

 


Quittons le monde afro et diaspora pour entrer dans un monde universel, celui de l’insoluble problématique du rapport corps/esprit qui hante la philosophie occidentale depuis la Grèce antique, avec l’essai de la romancière (et Docteur) de réputation internationale, Siri Hustvedt :


LES MIRAGES DE LA CERTITUDE

Essai sur la problématique Corps/esprit

416 pages, également disponible en version numérique

Depuis son adolescence, Siri Hustvedt s’interroge et interroge les personnes qu’elle rencontre sur les questions de la nature de l’esprit par opposition à celle du corps. Elle a écrit cet essai d’envergure, qu’elle a souhaité clair, en réfléchissant sur les questions qui unissent l’esprit et le cerveau tout en faisant l’apologie du doute. Romancière, Siri Hustvedt est aussi une neuroscientifique qui tente, avec ses romans et ses essais, de réparer, ou tout au moins, d’adoucir la fracture qui existe entre la fiction et le réel.

Avec LES MIRAGES DE LA CERTITUDE, Siri Hustvedt ne crée aucun personnage fictif mais se penche sur l’être, sa quête de sens dans un monde étouffé par les certitudes. Pour elle, le biologique ne détermine pas être. Nous sommes tous faits de matière mais nous ne sommes en aucun cas des machines. Féministe de longue date, elle profite de cet opus pour valoriser les pensées de femmes philosophes telles que Margaret Cavendish, Hannah Arendt, Simone Weil, ... Cet essai érudit ressemble à une grande enquête sur une question qu’on image finalement sans réponse… Cependant, il ouvre de nombreuses portes pour entrer dans l’univers de la pensée et de l’action. Chaque penseur, philosophe, scientifique, ingénieur ou encore chercheur a un regard différent sur la question ce qui confère à l’œuvre un aspect de grand patchwork philosophique et humaniste dont les interactions font avancer le monde en permettant introspections et questionnements, tout en faisant tomber les masques des certitudes.

Les connaissances nous permettraient-elles de développer aussi nos intuitions ?

Florence Courthial


www.actes-sud.fr

top