logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

Zao Wou-Ki (1920-2013) : « L’espace est silence »

Musée d’Art moderne de la ville de Paris

jusqu’au 6 janvier 2019

Plus d’information sur

Le Musée d’Art moderne de la ville de Paris présente la première grande exposition consacrée depuis quinze ans à l’artiste Zao Wou-Ki (1920-2013) : « L’espace est silence », jusqu’au 6 janvier 2019. Zao Wou-ki aimait peindre ce qui ne se voit pas : le souffle de la vie, le vent, le mouvement, la vie des formes, l’éclosion des couleurs, leur fusion, … Si son œuvre est aujourd’hui célèbre, les occasions d’en percevoir la complexité sont encore trop rares



Artistes et Robots
Dimanche, 17 Juin 2018 19:30

L’exposition ludique et passionnante ARTISTES & ROBOTS va se terminer le 9 juillet prochain : vous avez donc encore trois semaines pour découvrir ou redécouvrir les œuvres d’art créées à l’aide de robots de plus en plus sophistiqués. Le Grand Palais expose les créations de 38 artistes nous donnant accès au monde virtuel immersif et interactif, à l’expérience sensible du corps augmenté, de l’espace et du temps bouleversés. Ces chers robots qui font parfois rêver, parfois peur mais qui, depuis toujours nous font fantasmer, vous surprendront. Des premiers automates aux humanoïdes, c’est tout un monde merveilleux qui vous attend dans un espace vraiment ludique et instructif. Pour tout public. Vraiment magique !

 

Dans une société de plus en plus robotisée, les artistes s’intéressent aux nouvelles techniques, aux nouvelles technologies jusqu’à l’intelligence artificielle qui est en train de révolutionner l’existence des êtres humains et la condition de l’œuvre d’art : sa production, son exposition, sa diffusion, sa conservation et sa réception.

L’intelligence artificielle peut tout autant nous aider comme nous rendre esclave au service de la performance. À ce jeu dangereux, les artistes ont une longue expérience depuis les grottes préhistoriques, ils ont toujours détourné la technique au service d’un but pour la soumettre à leurs interrogations et à leur poésie.

Des logiciels de plus en plus puissants donnent aux œuvres une autonomie de plus en plus grande, une capacité de générer des formes à l’infini et une interactivité avec le public qui modifie le jeu en permanence.

Tout au long du parcours de l’exposition, les visiteurs découvrent les questionnements des artistes qui leur sont souvent communs. Que peut faire un robot que l’artiste ne peut pas faire ? Le robot peut-il avoir de l’imagination ? Qu’est-ce qu’une œuvre d’art ? Faut-il avoir peur des robots ? Des artistes ? Des artistes-robots ?

« Les choses n’ont pas besoin d’être vraies, du moment qu’elles en ont l’air. » soulignait Isaac Asimov dans le Cycle de fondation en 1953.

Accueillis par la Méta-Matic n°6, 1959 de Jean Tinguely, pionner de l’art cinétique, vous découvrirez ensuite autant d’œuvres robotisées que digitalisées, vous entrerez souvent avec elles dans des métamorphoses ou des compositions inattendues, certaines sont spectaculaires.

Nos coups de cœur vont à Elias Crespin pour son Grand HexaNet, pour l’œuvre de réalité virtuelle de Miguel Chevalier : Extra-Natural, pour Orogenesis : Derain 2004 de Joan Fontcuberta, les Astana Columns de Michael Hansmeyer, l’impression digitale sur vinyle aux dimensions variables et sans titre de Peter Kogler et les visages en nuages de points de Catherine Ikam et Louis Fléri.

L’interaction robots, artistes et regardeurs, malgré toute la complexité du numérique, devient presque un jeu d’enfant…

Florence Courthial

Artistes & Robots

Jusqu’au 9 juillet 2018

Grand Palais

Galeries nationales Clemenceau

Ouverture du jeudi au lundi de 10h à 20h ; mercredi de 10h à 22h ; fermeture hebdomadaire le mardi.

www.grandpalais.fr

top