logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

INFINIS D’ASIE

Jean-Baptiste HUYNH

Exposition jusqu’au 20 mai 2019 - Musée National des Arts asiatiques – Guimet

6 place d’Iéna – 75016 Paris

Plus d’information sur www.guimet.fr

Le musée Guimet présente une splendide rétrospective de photographies de l’artiste franco-vietnamien Jean-Baptiste Huynh du 20 février au 20 mai 2019. Cette exposition nous enchante car elle est un voyage imaginaire et introspectif du photographe réalisé pendant deux ans au sein des collections et des réserves du musée. Les visages, les regards, l’image de soi, la lumière, les végétaux, les objets usuels et sacrés, les animaux, l’intemporalité et la relation à l’infini sont autant de sujets explorés par cet artiste.



ÊTRE PIERRE
Dimanche, 29 Octobre 2017 18:51

 

Le musée Zadkine présente une exposition passionnante et d’une beauté rare intitulée « Être Pierre ». Elle engage une réflexion sur ce matériau de prédilection d’un grand nombre d’artistes en proposant une lecture transversale qui les unit au minéral depuis la nuit des temps. Ossip Zadkine aimait la matière, le bois et la pierre, dans laquelle il sculptait. Toute sa vie, Zadkine a préféré la taille directe au modelage et ce travail difficile lui convenait parfaitement car pour lui, de l’action jaillit la création. Blocs erratiques, cailloux bruts multicolores ou simples galets, météorites, menhirs, pierres à magie, fossiles, … les minéraux ont toujours fasciné les êtres et suscité leur curiosité. Et vous, resterez-vous de pierre ?

 

 

« ÊTRE PIERRE s’inspire du titre de l’œuvre de Giuseppe Penone « fiume (Être fleuve) » et pose, entre autres, une réflexion sur le monde minéral, comme sujet et matière animée. Il s’agit d’observer l’expérience sensible et perceptive qui lie l’artiste à la pierre nue, telle qu’en elle-même. S’intéressant à l’acte créateur, Penone devient fleuve et inscrit son geste de sculpteur dans les empreintes laissées par l’eau.

Le minéral, dans son extraordinaire diversité, interroge les artistes, dès les origines. » Jessica Castex

Ossip Zadkine aimait travailler la pierre en plein air, le granit, la pierre de Poullinay. Il a beaucoup lu sur la préhistoire. Toute sa vie, il préféra la taille directe au modelage et avait une connaissance parfaite de ce travail si dur, à l’image de l’élément. Il fallait aussi que ses pieds soient toujours en contact avec la terre. Zadkine travaillait avec ferveur, toujours. Pour lui, le travail c’était la vie !

Cette nouvelle exposition au cœur du musée Zadkine nous révèle ô combien la pierre vit, vibre et vivifie aussi. Les œuvres du sculpteur dialoguent avec des pierres préhistoriques, du paléolithique au néolithique, des photographies, des créations contemporaines, des vidéos et des films, dans une atmosphère douce et émouvante.

Organisée en trois parties : « Origines », « Métamorphismes et Métamorphoses » et « Intimité minérale », l’exposition ÊTRE PIERRE est pensée comme un récit mêlant civilisations et médiums et nous fait vivre un rêve. Plongés dans le passé et remontant le temps, on découvre des œuvres naturelles ou créées par l’Homme toutes singulières et d’une grande beauté.

De nombreuses pièces sont inédites, comme la météorite de Canyon Diablo, qui après avoir percuté la Terre il y a environ 49 000 ans a formé en Arizona un impact appelé Meteor Crater. Chargés en fer, ses fragments étaient utilisés par les Amérindiens pendant la préhistoire. Époustouflant !

Au côté d’œuvres majestueuses de Zadkine est suspendu un collier long et fin, Fossil Necklace, créé avec 170 perles fossiles sur fil de soie réalisé par Katie Paterson. Il témoigne du développement de la Terre et, la circularité du « bijou » souligne la dimension d’infini. Ces fossiles ont été sélectionnés tout autour du globe.

 

Un peu plus loin, on découvre une certaine « Mesure minérale » avec une vidéo de Fabien Giraud et Raphaël Siboni. Au plafond l’œuvre d’Evariste Richer : Fulgurite est en tension entre artifice et phénomène naturel. Plus loin, c’est la tête de Hans Hartung sans titre à quatre trous, qui nous rappelle l’importance de l’art brut dont les aspects anthropomorphiques nous renvoient aux origines. Aussi, le réel fourmille d’images doubles et de signes susceptibles de déclencher des hallucinations visuelles…

 

L’œuvre originale et poétique de Marko Pogačnik, Elemental being of a stone, réalisée avec des encres sur papier et des pierres, cette année, témoigne des préoccupations écologiques et montre que la pierre est un organisme vivant.

Tant de pureté se dégage des pierres taillées par Zadkine, Picasso, Rodin ou encore Paul-Armand Gette, avec son œuvre étonnante appelée JOUR DE L’UNE.

C’est bien de la pierre dans tous ses états et dans tous ses éclats dont nous parle cette merveilleuse exposition ÊTRE PIERRE. Véritable coup de cœur, c’est aussi une expérience esthétique, passionnante et didactique. Un pur enchantement !

Florence Courthial

 

ÊTRE PIERRE

Exposition au musée Zadkine

Du 29 septembre 2017 au 11 février 2018

100 bis rue d’Assas, 75006 Paris

www.zadkine.paris.fr

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h

Mercredi jusqu’à 20h

Ouvert les 1er et 11 novembre 2017

Fermé le lundi

#EtrePierre

#museezadkine

top