logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

Zao Wou-Ki (1920-2013) : « L’espace est silence »

Musée d’Art moderne de la ville de Paris

jusqu’au 6 janvier 2019

Plus d’information sur

Le Musée d’Art moderne de la ville de Paris présente la première grande exposition consacrée depuis quinze ans à l’artiste Zao Wou-Ki (1920-2013) : « L’espace est silence », jusqu’au 6 janvier 2019. Zao Wou-ki aimait peindre ce qui ne se voit pas : le souffle de la vie, le vent, le mouvement, la vie des formes, l’éclosion des couleurs, leur fusion, … Si son œuvre est aujourd’hui célèbre, les occasions d’en percevoir la complexité sont encore trop rares



HOME (pas sweet du tout…)
Vendredi, 08 Septembre 2017 20:29

 

Après s’être attachée à la relation parents-enfants dans ses films précédents (KID et Someone Else’s Happiness), Fien Troch, réalisatrice belge (née en 1978), aborde les difficultés des adolescents dans « HOME », son nouveau long métrage. Basé sur des faits réels, ce drame est un choc émotionnel d’une très grande intensité relatant la complexité de la nouvelle génération qui s’oppose en permanence à celle des parents et de l’autorité en général. Mais si on regarde en profondeur leur mal être, on peut comprendre d’où il provient… « HOME » au cinéma dès mercredi 13 septembre. Un film choc qui pourrait devenir culte !

 

SYNOPSIS

Kevin, 17 ans, sort de six mois de prison pour avoir tabasser un SDF avec des copains. Pour prendre un nouveau départ, il est accueilli chez Sonja, sa tante, à la demande de la sœur incapable de prendre ses responsabilités. Kevin se lie d’amitié avec son cousin Sammy et ses amis, dont John et Lina. Il est pris comme apprenti plombier par le mari de Sonja. Ce nouvel équilibre le sauvera-t-il de la délinquance ? Confiance, complicité et trahison se succèdent jusqu’à ce qu’un événement inattendu bouleverse à jamais le quotidien de ces adolescents.

Ce qu’on en pense :

HOME est un film choc. Il fait l’effet d’un coup de poignard en plein cœur reçu d’un inconnu croisé dans la rue, qui nous regarderait saigner, gémir, hurler, nous effondrer lentement sur un sol glacé, gisant à l’agonie puis mourir. Et lui, cet inconnu, aurait le regard totalement vide... Vide, vidé, évidé du regard naturel et aimant que devrait avoir une mère vis-à-vis de ses enfants. Une mère qui devrait aimer son enfant sans retour. Les injonctions traumatisantes (rarement conscientisées) dans tant de bouches telles que « Avec tout ce que je fais pour toi », ou encore « tu ne m’aimes pas ? » ne devraient jamais être prononcées. Mais si elles ne l’étaient pas, il n’y aurait peut-être pas de film…

HOME, une histoire de quatre grands ados, plutôt des histoires qui se croisent et s’entremêlent de manière inattendue. Celle de Kevin, qui sort de prison, c’est un faux calme à qui il ne faut surtout pas chercher la bagarre sinon il frappe fort d’un bon coup de point qui terrasse direct. Celle de Sammy, qui avec une tête d’ange écrit sur sa page Facebook que pour se sentir exister il tuerait bien quelqu’un et enfin, celle de John dont la mère est folle et incestueuse. Trois histoires de jeunes hommes observés tranquillement par Lina qui réfléchit mais ne sait pas où elle va et ce qu’il faut faire de ce qu’elle voit. Son histoire constitue la quatrième, celle qui pourrait être un passage de l’adolescence de la réalisatrice… Allez savoir…

Ensemble, ils font la fête avec joints et alcool. Les ados se filment et se prennent en photo. En gros plan, tout comme la caméra les filment aussi. Des gros plans qui accentuent l’intimité.

Face à eux, les parents ne savent pas quoi faire. Ils sont absents. Lina ne fait pas grand chose, elle sort avec Sammy, puis se laisse séduire par Kevin pour finalement retourner avec Sammy. Entre-temps, John ne supporte plus sa mère, demande l’hospitalité pour quelque temps à Sonja qui lui répond que chez elle ce n’est pas un hôtel. Elle ne voit pas sa détresse, et lui, ne lui en parle pas. Il n’a jamais appris à réagir et à montrer ses émotions. Il vit seul avec sa mère, et il n’y a qu’elle qui s’exprime, en permanence.

Tous ont des outils pour communiquer mais finalement, rien n’est dit et personne ne communique vraiment. Les pères sont absents, les mères sont ambiguës ou carrément incestueuses.

La tension redouble à chaque instant, jusqu’à ce qu’elle tourne au drame, remarquablement joué par des acteurs (non professionnels), où chacun apporte une spontanéité et une vérité émouvantes et organiques.

On a le souffle coupé par tant de pression, par tant de tristesse des protagonistes et par la violence d’une fiction qui dépasse la réalité, à moins que ce ne soit la réalité qui dépasse la fiction ?

HOME est un film bouleversant qui soulève les voiles d’une nature humaine trop souvent sombre et rarement lumineuse. On ne devrait pas taire une horreur indicible. Pourtant, en général, les adolescents essaient de résoudre seuls leurs problèmes, pour se sentir grandir peut-être et pour se sentir vivre, très certainement. Et nous, on rêve d’adultes qui pourraient soigner leurs blessures avant de concevoir des enfants…

HOME

Sortie en salles mercredi 13 septembre 2017

Film couleurs

Durée : 143 mn

Avec Sebatian Van Dun (Kevin) ; Mistral Guidotti (John) ; Loïc Bastog (Sammy) ; Lena Suljkerbuljk (Lina), Karlijn Slleghem (la mère de John) ; Robby Cleiren (Willem).

Scénario : Fien Troch et Nico Leunen

Réalisation : Fien Troch

Image : Frank van den Eden

Assistant : David Oeyen

Montage : Nico Leunen

Musique : Johnny Jewel

Son : Kwinten Van Laethem et Michel Schöpping

Direction artistique : Jef Peremans

Distribution : JHR Films

www.jhrfilms.com

Presse : www.cinesudpromotion.com

@Florence Courthial

top