logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

Zao Wou-Ki (1920-2013) : « L’espace est silence »

Musée d’Art moderne de la ville de Paris

jusqu’au 6 janvier 2019

Plus d’information sur

Le Musée d’Art moderne de la ville de Paris présente la première grande exposition consacrée depuis quinze ans à l’artiste Zao Wou-Ki (1920-2013) : « L’espace est silence », jusqu’au 6 janvier 2019. Zao Wou-ki aimait peindre ce qui ne se voit pas : le souffle de la vie, le vent, le mouvement, la vie des formes, l’éclosion des couleurs, leur fusion, … Si son œuvre est aujourd’hui célèbre, les occasions d’en percevoir la complexité sont encore trop rares



La différence invisible
Lundi, 10 Octobre 2016 08:46

 

Pour mieux comprendre le syndrome d’Asperger, forme d’autisme légère, sans retard de langage ni déficience intellectuelle, Julie Dachez, diagnostiquée Asperger à l’âge de 27 ans, actuellement doctorante en psychologie sociale et Mademoiselle Caroline, auteure de plusieurs albums humoristes et autobiographiques, ont publié ensemble « La Différence invisible ». Cette BD originale est un témoignage drôle et émouvant qui raconte simplement ce syndrome d’Asperger méconnu et difficile à comprendre alors qu’il touche plusieurs milliers de personnes en France et qu’il est plus difficile à évaluer chez les femmes. Une histoire très touchante qui suscite la tolérance face aux différences et aux handicaps, illustrée magnifiquement.

 

 

Marguerite a 27 ans, en apparence rien ne la distingue des autres. Elle est jolie et intelligente. Elle travaille dans une grande entreprise et elle a un petit ami. Pourtant, elle est différente intérieurement et se sent en marge. Ses gestes et ses rituels sont immuables, proches de la manie. Son environnement doit toujours être douillet et calme. En un mot, un cocon. Sinon, Marguerite panique.

Le bruit et les discours des autres l’agressent. Marguerite est extrêmement sensible aux odeurs, aux bruits, aux mouvements et ne peut pas dormir s’il y a de la lumière. Elle n’aime pas son travail. Elle préfère restée seule avec ses deux chats et son petit chien ou s’évader dans la nature. Elle ne souhaite pas s’intégrer à un groupe quel qu’il soit. Et ce, depuis sa plus tendre enfance. Par contre, elle adore le calme, la nature, les animaux et la lecture.

Un jour, elle se rend compte qu’elle ne supporte plus d’être jugée en permanence par les autres et que ça lui coûte de tromper les apparences. Une collègue se permet de se moquer de ses tenues vestimentaires qu’elle trouve ridicule. Un autre jour, c’est son petit ami qui se fâche et lui fait des reproches qu’elle ne comprend pas. « Marguerite, c’est comme ça qu’on fait dans la vraie vie – quand on a de l’humour – quand on est normale ! » Elle ne sait pas vraiment ce qu’est l’humour et pour elle, elle est normale…

Le réveil de Marguerite sonne tous les jours à la même heure, son petit déjeuner est le même tous les matins, ses rituels quotidiens sont identiques.

Tout ça paraît un peu tristounet jusqu’au moment où elle va dire « bisous » à son boss au téléphone… (c’est un passage hilarant) et plus tard, tenter de dire tout haut ce qu’elle n’aime pas faire auprès de son petit ami. Pour finalement, éclater en sanglots. Nous aussi.

Puis un matin, Marguerite se met sur son ordinateur pour trouver des réponses à son mal-être. Elle découvre qu’elle a certainement le syndrome d’Asperger, une forme d’autisme caractérisée par des difficultés dans l’interaction et la communication et des intérêts spécifiques. Et, à sa grande surprise, elle est loin d’être la seule… Alors, Marguerite décide de se prendre en main, se documente sur le syndrome d’Asperger et rencontre un psychologue afin de valider cette hypothèse. Quand ses évaluations sont terminées et confirment qu’elle est « neuroatypique » ayant le syndrome d’Asperger, sa vie va enfin changer. Et, ô joie, ô délivrance, elle va se sentir beaucoup mieux ! Sa différence invisible est enfin expliquée.

La différence invisible est un album qui porte vraiment bien son nom. Invisible pour les yeux mais vraiment visible pour le cœur. On ne devrait plus jamais porter de jugement sur qui que ce soit après la lecture de cette BD qui, sous couvert de traiter du syndrome d’Asperger est un véritable manifeste contre le jugement et l’intolérance. L’ouvrage est aussi une magnifique ouverture sur un monde méconnu et fermé.

On lit cette BD d’une traite, passant du rire aux larmes, du calme à l’étonnement. Les illustrations sont très esthétiques, contemporaines, rondes, subtiles, sensibles, douces et aussi dynamiques. On la dévore et on l’adore ! Un album à lire et à offrir.

Florence Courthial

@flocourthial

L’auteure, Julie Dachez, tient le blog emoiemoietmoi.over-blog.com

Elle est Youtubeuse et conférencière. Militante, elle se réclame de la « neurodiversité ». Pour elle, le syndrome Asperger est un mode de fonctionnement différent que notre société obsédée par la normalité réprouve malheureusement à tord. Dans l’intimité, les personnes ayant ce syndrome disent qu’ils sont « aspie ».

 

La différence invisible

Une BD de Mademoiselle Caroline et Julie Dachez

Préfacée par Carole Tardif et Bruno Gepner

Album cartonné de 200 pages, 98 x 263 mn

Aux éditions DELCOURT

www.editions-delcourt.fr

 

top