logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

INFINIS D’ASIE

Jean-Baptiste HUYNH

Exposition jusqu’au 20 mai 2019 - Musée National des Arts asiatiques – Guimet

6 place d’Iéna – 75016 Paris

Plus d’information sur www.guimet.fr

Le musée Guimet présente une splendide rétrospective de photographies de l’artiste franco-vietnamien Jean-Baptiste Huynh du 20 février au 20 mai 2019. Cette exposition nous enchante car elle est un voyage imaginaire et introspectif du photographe réalisé pendant deux ans au sein des collections et des réserves du musée. Les visages, les regards, l’image de soi, la lumière, les végétaux, les objets usuels et sacrés, les animaux, l’intemporalité et la relation à l’infini sont autant de sujets explorés par cet artiste.



TOUT s’accélère
Vendredi, 22 Avril 2016 14:01

 

Gilles Vernet est un ancien trader devenu instituteur. Il s’interroge avec ses élèves de CM2 sur l’accélération vertigineuse de notre monde. Fasciné par leurs réflexions sur notre mode de vie et notre rapport au temps, il les a filmés puis a rencontré des experts sur le sujet, tels que la psychologue et sociologue Nicole Aubert, l’écologiste activiste Nicolas Hulot, le directeur de recherche et physicien Etienne Klein, le philosophe et sociologue Hartmut Rosa et l’ancien directeur de Saint-Gobain Jean-Louis Beffa. Gilles Vernet a réalisé un film-documentaire qui questionne nos sociétés toujours en quête de performances et de profits. Pourquoi une croissance toujours accélérée ? À quel impératif obéit cette accélération alors que des enfants de 10 ans mettent en évidence ses limites ? Véritable manifeste du « réfléchir tranquillement avant d’agir », le film « TOUT S’ACCÉLÈRE » nous invite à prendre le temps et à nous satisfaire du nécessaire. À voir et à revoir, dès le 20 avril 2016.

Nous vivons un vrai paradoxe. Nous avons tout pour gagner du temps et finalement on en manque cruellement. Qui ne dit pas au moins une fois par jour : « désolé(e), je n’ai pas le temps ou je n’ai pas eu le temps ? »

L’être humain sature son emploi du temps pour exister, pour pouvoir dire qu’il n’a pas le temps de faire ceci ou cela alors qu’il aimerait bien le faire. On rêve de marcher les pieds nus dans l’herbe mais ne s’en donne que trop rarement les moyens. C’est pourtant si simple de prendre son temps. Il suffit de mettre son réveil un peu plus tôt le matin pour ne pas courir dès les premières heures de la journée.

Les nouvelles technologies sont bien présentes pour nous faire gagner du temps. Grâce à Internet, on a accès à tout, en temps réel. On peut faire ses courses en ligne le matin pour le soir-même, ou l’inverse ! Cela devrait nous permettre de prendre le temps de faire du sport, lire un livre, aller au théâtre, inviter ses amis à partager un moment convivial, … On attend plus un taxi dans la rue, on se connecte sur un site pour en obtenir un dans les quelques minutes qui suivent notre connexion. C’est donc la sphère économique qui nous fait accélérer. On a, à titre d’exemple, un iPhone « 4 » et dès le le « 5 » sort, on le veut. L’argent devient un instrument de démesure alors que son premier objectif était bien le contraire. Aujourd’hui, trop de dérives sont dénoncées sur le plan économique avec les endettements et le dogmatisme financier.

On a plus le temps de rien et surtout, on constate que nous n’avons plus le temps de nous occuper des autres. Aujourd’hui, qui prend le temps de vivre ?

Tout s’accélère est un film très intéressant parce qu’il accentue le temps de la réflexion. Il nous permet de visualiser le décalage immense qu’il y a entre le rythme de la nature et celui des êtres humains face aux technologies.

Mais que faut-il faire pour ne pas perdre son temps ?

Les enfants y répondent en disant que pour ne pas perdre son énergie il suffit simplement de garder un rythme constant et de changer notre regard sur ce que l’argent peut procurer. Nous devons apprendre à nous satisfaire du nécessaire. La solution peut être « qu’avoir moins c’est avoir plus ». Moins d’outils informatiques pour plus d’échanges physiques, intellectuels et ludiques entre les personnes. Qui aujourd’hui joue à des jeux de société autour d’une table ? Un proverbe africain dit « Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens. » Nous sommes au cœur de cet adage : où voulons-nous aller si vite, en collectionnant tout, en ingurgitant autant d’informations et de connaissances ? Ne souhaitons pas vivre heureux tout simplement, en nous connaissant bien nous-mêmes pour mieux vivre avec nos proches ? Prenons à nouveau le temps de respirer et de partager. Essayons d’arrêter la saturation mentale imprimée par l’abus des nouvelles technologies.

Les enfants interrogés dans la classe ont des remarques simples et pertinentes. Gilles Vernet, le réalisateur, leur permet de développer leur sens de l’observation et leur esprit critique. La mise en place d’une classe avec des tables posées en fer à cheval permet une communication de tous vers tous. Gageons que d’autres enseignants s’inspirent de cette idée géniale !

Le film nous parle avec brio d’écologie, de santé, du vivre ensemble, du monde de l’entreprise, de la nature, bref des questions cruciales pour l’être et son environnement.

Il nous invite à trouver le sens de ce qui est vraiment essentiel pour soi et pour notre planète. Ralentissons ce rythme effréné dans lequel on s’engouffre pour respirer les fleurs éphémères des cerisiers, méditer, marcher en forêt, mais ce ne sont que quelques exemples, à vous de prendre le temps de faire ce que vous voulez de bon et de beau qui vous fait du bien.

Il est grand temps de vivre paisiblement avec son temps !

 

TOUT S’ACCÉLÈRE, un film intelligent et salutaire

Réalisation et montage : Gilles Vernet

Productrice : Claire Beffa; Cadre : Elie Bessières, Guillaume Taverne, Youri Zakovitch, Anamorfilms; Son : Franck Cassar; Musique : Sébastien Dutertry

Distribution : Kamea Meah Films ; LaClairière Production; Presse : Cinesud Promotion

Durée : 81 minutes, son stéréo, format : 1.77 - 16/9 – Couleur - N°VISA : 14219

www.toutsaccelere.com/

Florence Courthial vous remercie d'avoir pris le temps de lire cette chronique jusqu'à la fin...

@flocourthial

top