logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

INFINIS D’ASIE

Jean-Baptiste HUYNH

Exposition jusqu’au 20 mai 2019 - Musée National des Arts asiatiques – Guimet

6 place d’Iéna – 75016 Paris

Plus d’information sur www.guimet.fr

Le musée Guimet présente une splendide rétrospective de photographies de l’artiste franco-vietnamien Jean-Baptiste Huynh du 20 février au 20 mai 2019. Cette exposition nous enchante car elle est un voyage imaginaire et introspectif du photographe réalisé pendant deux ans au sein des collections et des réserves du musée. Les visages, les regards, l’image de soi, la lumière, les végétaux, les objets usuels et sacrés, les animaux, l’intemporalité et la relation à l’infini sont autant de sujets explorés par cet artiste.



Confidences, de Max Lobe
Mercredi, 06 Avril 2016 15:44

Le nouvel opus de Max Lobe « Confidences », écrit aux éditions ZOÉ, est un récit sur l’indépendance du

Cameroun et de sa guerre cachée, dont l’histoire a été recueillie auprès d’une grand-mère très âgée, Mâ

Maliga. Maliga profite de cet échange pour raconter aussi sa propre histoire. Maliga parle d’Um Nyobe,

leader de l’UPC, héros mythique et historique qui a longuement revendiqué l’indépendance du Cameroun,

dans la non-violence.

 

Maliga se confie à Max Lobe, et, lui, avec ses pages, se confie à nous. L’histoire contée était restée secrète jusque là. Elle est murmurée aux oreilles de l’écrivain et les lignes que nous lisons sont comme des soupires.

Ce n’est pas facile de raconter une guerre, surtout lorsqu’elle est restée sous silence depuis si longtemps.

L’auteur interroge Mâ Maliga, et elle aussi le questionne. Pour s’aider, ils boivent tous deux du vin de palme tout au long de leur échange. Mâ Maliga dit qu’elle a vu la « vraie-vraie guerre », avec « une énorme fumée noire comme un nuage d’oiseaux migrateurs ». Elle a vu la sauvagerie, la barbarie, la boucherie, le massacre, des hommes « tomber comme des moustiques » mais avec moins de dignité. Mâ Maliga raconte ce qu’elle a vu, entendu et vécu, avec pudeur et sincérité. Elle s’en est tirée parce qu’elle a pu se cacher. La quête d’indépendance d’un pays passe malheureusement par la violence. Tout en parlant de la guerre, elle évoque les bienfaits et les méfaits de la vieillesse aussi.

Certaines scènes de cette affreuse guerre d’indépendance lui reviennent comme si elles s’étaient passées la veille. Parfois, Maliga entrecoupe ses souvenirs de commentaires relatifs à la modernité des machines « bizarres » qui font le travail des hommes, vues à la télévision.

L’humour aussi est présent, avec notamment la scène « d’une vraie folle et d’un vrai fou qui s’envoient en l’air dans une poubelle… »

Le lecteur découvre l’histoire du Caméroun et de Maliga comme s’il avait écouté une histoire de famille, avec curiosité, respect et une grande admiration pour les êtres qui ont combattu et combattent toujours pour la liberté. On pressent que l’auteur, en quête de vérité et d’identité, pourrait bien revenir au pays sous peu…

Extrait, page 26 : « Dans son regard, je comprends qu’elle s’attendait à voir un jeune homme à l’accent fortement européen. Je parle bassa. J’ai quand même brisé un morceau de glace. Il y a de la surprise dans son regard lorsque je lui parle bassa. N’empêche, Mâ Maliga me dit toujours : « Chez vous là-bas chez les Blancs. » Je viens peut-être de là-bas chez les Blancs, mais je suis avant tout l’un des siens.

 

MAX LOBE, est né à Douala, Cameroun, en 1986. Il vit actuellement en Suisse. "39 rue de Berne" (Zoé, 2013) a reçu le prix du roman des Romands et "La Trinité bantoue" (Zoé, 2014), le prix de l'Académie romande 2015. Dans "Confidences", Max Lobe examine avec drôlerie, mélancolie et stupéfaction son rapport avec sa terre d'origine. Ce livre est accompagné d'une lettre d'Alain Mabanckou à l'auteur.

 

Confidences, écrit par Max Lobe, aux éditions ZOÉ, 288 pages

Diffusion Harmonia Mundi

www.editionszoe.ch

 

Florence Courthial

Twitter @flocourthial

top