logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

INFINIS D’ASIE

Jean-Baptiste HUYNH

Exposition jusqu’au 20 mai 2019 - Musée National des Arts asiatiques – Guimet

6 place d’Iéna – 75016 Paris

Plus d’information sur www.guimet.fr

Le musée Guimet présente une splendide rétrospective de photographies de l’artiste franco-vietnamien Jean-Baptiste Huynh du 20 février au 20 mai 2019. Cette exposition nous enchante car elle est un voyage imaginaire et introspectif du photographe réalisé pendant deux ans au sein des collections et des réserves du musée. Les visages, les regards, l’image de soi, la lumière, les végétaux, les objets usuels et sacrés, les animaux, l’intemporalité et la relation à l’infini sont autant de sujets explorés par cet artiste.



Capitaine Thomas Sankara
Mercredi, 25 Novembre 2015 10:00

 

Enfin un film-documentaire en grand écran révélant le destin unique de Thomas Sankara qui fut Président du Burkina Faso de 1983 jusqu’à son assassinat en 1987. Quatre années pendant lesquelles le jeune révolutionnaire anti-impérialiste, anticolonialiste, féministe et écologiste a « secoué les cocotiers ». Son adage favori était « La patrie ou la mort. Nous vaincrons ! » Sankara disait toujours tout haut ce que tout le monde pensait tout bas. Ce film est comme un grand kaléidoscope très coloré et mouvementé réalisé à partir d’images d’archives grâce au réalisateur suisse Christophe Cupelin. Il rend ainsi un bel hommage à l’humaniste qu’était Thomas Sankara et aussi à l’homme politique exceptionnel qu’il fut, un temps bien trop court…  En salle, aujourd’hui - Un film captivant !

 

Synopsis

Capitaine Thomas Sankara est un film-documentaire qui dépeint avec humour la révolution conduite par Thomas Sankara, ancien président du Burkina Faso. De 1983 à 1987, Sankara se bat en faveur de l’autonomie politique de son pays face aux dépendances extérieures, de son désendettement, de l’éducation des jeunes, de l’émancipation des femmes, contre les mutilations et l’exploitation des jeunes filles et des femmes. Il s’est aussi battu pour l’éradication de la corruption.

Thomas Sankara a transformé l’un des pays les plus pauvres du monde en défendant la voix des exclus jusqu’à la tribune de l’ONU pour réclamer l’annulation de la dette africaine. Cette politique intransigeante et les frasques de ce jeune homme beau, sportif, intelligent et charismatique ont fait trembler le monde des puissants, mais se sont achevés en 1987, année de son assassinat.

Les archives étonnantes de ce film redonnent la parole à un leader qui a marqué les consciences bien au-delà de l’Afrique. Sankara représentait l’espoir d’une société plus juste au Burkina Faso (qui signifie le « pays des hommes intègres »), et aussi d’un monde meilleur pour tous. Sankara parlait avec verve et humour de problèmes sérieux, notamment à la radio nationale.

Notre avis

C’est un film coup de cœur et aussi, coup de poing !

« On ne fait pas de transformations fondamentales sans un minimum de folie. Dans ce cas, cela devient du non-conformisme, le courage de tourner le dos aux formules connues, celui d’inventer l’avenir. » Proclama Sankara.

« Inventer l’avenir », c’est bien de cela dont les peuples oppressés ont un besoin vital !

Les citations de ce leader apparaissent régulièrement au cours du film sur un fond musical dynamique dont celui du sublime Fela Kuti. Les images d’archives locales et internationales sont vraiment exceptionnelles. On découvre l’homme, le leader et aussi l’être très humain qu’était Sankara. Ce film est un portrait absolument passionnant et émouvant.

Grâce à ce documentaire, les spectateurs entendent ce que Sankara avait à dire non seulement à son peuple, mais aussi à tous issus des pays d’Afrique et du monde entier !

« Quand le peuple se met debout, l’impérialisme tremble ! »

Il n’ y a pas que l’impérialisme qui a tremblé… C’est tout un fonctionnement économique, politique et social qui a été remis en cause et amélioré. Grâce à sa révolution, le taux de scolarisation est passé de 4 à 22 % ! Il a empêché et inderdit les mutilations des jeunes filles et il a donné la parole et leur place aux femmes de manière égalitaire à celle des hommes (on les découvre militaires, cyclistes, … tout ce qu’il n’y avait jamais eu avant !). Sankara fait fermer les boites de nuits pour privilégier les bals populaires, car eux sont gratuits et présents dans de nombreux villages. Sankara a aussi mobilisé le peuple pour de grands chantiers tels que la construction d’une voie ferrée, des barrages, …

Partout où Sankara allait, il prônait que seul le peuple devait décider de son sort ! Il expliquait à la population qu’elle devait être autonome et tout faire pour que le Burkina Faso devienne autosuffisant. Il leur présenta ses excuses face aux erreurs qu’il commettait en en prenant l’entière responsabilité, parce qu’il était président. Sa première victoire fut celle de la confiance que le peuple burkinabé lui témoignait.

Mais, ce jeune révolutionnaire intrépide, clairvoyant, épris de liberté et d’intégrité gênait beaucoup de monde, et pas seulement dans son pays. C’est pourquoi, il connut une fin tragique.

Vivre libre ou mourir ?  Malheureusement, la question ne s’est pas posée longtemps car Sankara mourut assassiné, peut-être par son meilleur ami ; les coupables ne sont, à ce jour, toujours pas identifés. Pourquoi ?

CAPITAINE THOMAS SANKARA, un film de Christophe Cupelin

Sortie le 25 novembre 2015

Couleur & N/B, durée : 1h30

Prix du public au Black Movie Festival 2013

Distribution : Vendredi

bande annonce

www.vendredivendredi.fr

Presse : Ciné-Sud Promotion

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

top