logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

Zao Wou-Ki (1920-2013) : « L’espace est silence »

MusĂ©e d’Art moderne de la ville de Paris

jusqu’au 6 janvier 2019

Plus d’information sur

Le MusĂ©e d’Art moderne de la ville de Paris prĂ©sente la premiĂšre grande exposition consacrĂ©e depuis quinze ans Ă  l’artiste Zao Wou-Ki (1920-2013) : « L’espace est silence », jusqu’au 6 janvier 2019. Zao Wou-ki aimait peindre ce qui ne se voit pas : le souffle de la vie, le vent, le mouvement, la vie des formes, l’éclosion des couleurs, leur fusion, 
 Si son Ɠuvre est aujourd’hui cĂ©lĂšbre, les occasions d’en percevoir la complexitĂ© sont encore trop rares



Laissez-vous guider avec Meetrip !
Vendredi, 20 Novembre 2015 17:56

 

Meetrip.com est le site dont vous ne pourrez plus vous passer lorsque vous voyagez. Il vous permet de choisir les meilleurs guides touristiques professionnels dans le monde entier. GrĂące Ă  leurs connaissances, les guides vous emmĂšnent Ă  la dĂ©couverte de l’architecture d’une ville, de son histoire, de ses musĂ©es, de tout ce qui peut vous intĂ©resser et vous surprendre. Lieux incontournables, endroits insolites et secrets, anecdotes, Meetrip.com, c’est surtout partager pour mieux dĂ©couvrir un lieu et sa culture, avec 5 000 guides, autant d’activitĂ©s rĂ©partis dans 175 pays. Nous avons testĂ© pour vous, Ă  Paris.

 

Le lieu de rendez-vous est fixĂ© place Colette. L’occasion nous est donnĂ©e de replonger dans nos souvenirs littĂ©raires de cette Ă©crivaine exceptionnelle que l’état français a honorĂ© en nommant cette place de son nom d’auteur, en 1966. Mais pourquoi ce rendez-vous avec notre guide place Colette ? Le mystĂšre demeurera quelque temps, celui de parcourir une partie des jardins du Palais-Royal et de comprendre pourquoi il y a autant de galeries couvertes et de passages dans ce magnifique quartier, situĂ© au cƓur de Paris.

La place Colette est superbe. Nous nous retrouvons avec GĂ©raldine, notre guide, devant la magnifique crĂ©ation contemporaine surplombant l’entrĂ©e de la station de mĂ©tro Palais-Royal/MusĂ©e du Louvre, rĂ©alisĂ©e en fer et en verre de Murano par Jean-Michel Othoniel, en 2000 et appelĂ©e « le kiosque des noctambules ». Notre promenade insolite commence donc ici. Elle s’annonce superbe malgrĂ© le crachin londonien qui nous refroidit les Ă©paules. Heureusement, la beautĂ© des monuments rĂ©chauffe nos cƓurs et illumine nos pensĂ©es !

Un peu d'histoire

Le 19 janvier 1816, Louis XVIII ordonna le rĂ©tablissement des statues royales abattues pendant la rĂ©volution. En plus des statues qui sont redĂ©couvertes, rĂ©parĂ©es ou reconstruites, les passages couverts se multipliĂšrent sous la Restauration. Ces galeries commerciales lumineuses avaient l’avantage de concentrer les boutiques dans un mĂȘme lieu et d’offrir une promenade Ă  l’abri des intempĂ©ries, de la boue et de la circulation trĂšs dangereuse. La premiĂšre galerie rĂ©alisĂ©e Ă  Paris fut la galerie des Bois au Palais-Royal qui se dĂ©grada trĂšs vite et fut remplacĂ©e par la Galerie d’OrlĂ©ans Ă©levĂ©e en 1828 par l’architecte Pierre-François-LĂ©onard Fontaine.

Elle est situĂ©e dans le Palais-Royal (construit par Richelieu en 1628). On peut dĂ©couvrir dĂšs notre entrĂ©e dans la cour d’honneur, l’installation « Les deux plateaux » rĂ©alisĂ©e par Daniel Buren en 1986, qui dĂ©fraya les chroniques, alors que le mariage de l’ancien et du contemporain est non seulement esthĂ©tique mais aussi essentiel pour la valorisation et la promotion de l’art de chaque Ă©poque.

Qui ordonna la construction de la galerie commerciale ? Un certain Philippe EgalitĂ©. Qui le connaĂźt ? Il est pourtant cĂ©lĂšbre et dans tous nos livres d’histoire
 Il s’agit du Prince Louis-Philippe d’OrlĂ©ans qui abandonna ses titres lorsque la monarchie fut tombĂ©e. La galerie d’OrlĂ©ans Ă©tait, et reste, l’une des plus belles de Paris. Aujourd’hui, il y a entre autres administrations, le MinistĂšre de la Culture et de la Communication. Au fond du jardin, parallĂšle au 9 rue de Beaujolais, au premier Ă©tage, on peut apercevoir la lettre « C » entrelacĂ©e d’un soleil, elle signale que ce fut l’appartement de Colette. Elle y vĂ©cut de 1938 jusqu’à sa mort en 1954. Voici donc la rĂ©ponse Ă  la question relative au nom de la place qui porte son nom, point de dĂ©part de notre promenade culturelle.

De 1780 Ă  1830, ce sont les annĂ©es folles du Palais-Royal ! Il a mĂȘme Ă©tait dit que le Palais-Royal Ă©tait la capitale de Paris ! GrĂące Ă  la ComĂ©die-Française, aux musĂ©es, aux restaurants et aux cafĂ©s, aux boutiques, aux jeux, aux musiciens, aux circassiens (il y avait un cirque semi-enterrĂ© dans la cour) et Ă  la prostitution, tout passait par ce lieu bouillonnant d’activitĂ©s et de plaisirs. On pouvait mĂȘme y prendre son bain !

Suivez le guide

À quelques pas de lĂ , la galerie Colbert fut construite en 1823 puis juste Ă  cĂŽtĂ©, les galeries VĂ©ro-Dodat et Vivienne en 1826. Sur les grands boulevards, se trouvaient les galeries des Panoramas, Verdeau et des Princes.

La galerie VĂ©ro-Dodat s’appelle ainsi car ce sont deux charcutiers VĂ©ro et Dodat qui la firent bĂątirent. Elle comportait 38 boutiques. Aujourd’hui, elle relie la rue Croix-des-Petits-Champs Ă  la rue Jean-Jacques Rousseau. Un parfumeur de luxe, des galeries d’art et d’artisanat, des boutiques de vĂȘtements de marque ou de produits originaux ouvrent leurs portes en gĂ©nĂ©ral en fin de matinĂ©e.

Au dix-huitiùme siùcle, il existait une centaine de galeries et de passages couverts et 15 galeries sont encore accessibles de nos jours. Elles se trouvent principalement sur la rive droite de la Seine et ont toutes des horaires d’ouverture.

De nombreuses anecdotes nous sont racontĂ©es par GĂ©raldine tout au long de notre parcours, qu’il s’agisse des lustres, des plafonds, des symboles, et des us et coutumes des habitants de chaque Ă©poque. Certaines sont croustillantes d’autres trĂšs enrichissantes d’un point de vue historique et culturel.

 

À titre d’exemple, GĂ©raldine nous montre oĂč habitait Vidocq, un bĂątiment de la galerie Vivienne qui abritait plusieurs passages secrets, y compris dans les escaliers. Notre guide nous rappelle qu’il crĂ©a le mĂ©tier de dĂ©tective privĂ© et aussi, le papier infalsifiable utilisĂ© pour fabriquer les billets de banque !

La visite fut trop courte. La guide est trĂšs cultivĂ©e et passionnante. Une heure et demie tellement intĂ©ressante qu’on se prĂ©cipite sur notre Smartphone pour rĂ©server notre prochaine visite guidĂ©e !

 

Comment faire ?

Connectez-vous sur www.Meetrip.com

Choisissez une destination, puis un guide et une activité qui vous conviennent en fonction de vos souhaits et de votre agenda.

Sur place, tĂ©lĂ©chargez l’application « Meetrip.com » et gĂ©o-localisez le guide disponible puis, rĂ©servez-le.

 

Pour un prix raisonnable, voire dĂ©risoire par rapport Ă  la super visite qui vous attend, vous avez votre guide privĂ© ou partagĂ© avec quelques autres touristes (pas plus de 8 ou 10 pour un groupe) quand vous le voulez, oĂč vous voulez.

C’est extra, nous on adore !!!

www.Meetrip.com

Florence Courthial

top