logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

INFINIS D’ASIE

Jean-Baptiste HUYNH

Exposition jusqu’au 20 mai 2019 - Musée National des Arts asiatiques – Guimet

6 place d’Iéna – 75016 Paris

Plus d’information sur www.guimet.fr

Le musée Guimet présente une splendide rétrospective de photographies de l’artiste franco-vietnamien Jean-Baptiste Huynh du 20 février au 20 mai 2019. Cette exposition nous enchante car elle est un voyage imaginaire et introspectif du photographe réalisé pendant deux ans au sein des collections et des réserves du musée. Les visages, les regards, l’image de soi, la lumière, les végétaux, les objets usuels et sacrés, les animaux, l’intemporalité et la relation à l’infini sont autant de sujets explorés par cet artiste.



La nuit de feu
Lundi, 24 Août 2015 00:00

Le nouveau livre d’Éric-Emmanuel Schmitt, « La nuit de feu », paraît aux éditions Albin Michel le 2 septembre 2015. Cent quatre-vingt pages écrites d’une plume angélique sont délicatement proposées aux lecteurs francophones. L’auteur, dont la conscience est reliée au Divin depuis « sa nuit de feu » au cœur du Sahara, nous révèle, pour la première fois, son intimité spirituelle et sentimentale. Dramaturge, romancier, nouvelliste, essayiste et cinéaste, Eric-Emmanuel Schmitt, l’un des auteurs les plus lus dans le monde, est toujours en quête de sens. De la plupart de ses œuvres rayonnent l’Amour et la fraternité. Ce livre nous parle de la nuit qui a changé sa vie, et qui pourrait bien, changer la vôtre…

LE LIVRE : « Je suis né deux fois, une fois à Lyon en 1960, une fois dans le Sahara en 1989. »

À vingt-huit ans, Éric-Emmanuel Schmitt entreprend une randonnée à pied dans le Sahara en 1989. Parti athée, il en revient croyant, dix jours plus tard.

Loin de ses repères, il découvre une vie réduite à la simplicité et se lie d’amitié avec un Touareg. Mais il va se perdre dans les immenses étendues du Hoggar pendant une trentaine d’heures, sans rien à boire ou à manger, ignorant où il est et si on le retrouvera. Cette nuit-là, sous les étoiles si proches, alors qu’il s’attend à frissonner d’angoisse et de froid, une force immense l’envahit, le rassure, l’éclaire et le conseille.

Cette nuit de feu-ainsi Pascal nommait sa nuit mystique- va le changer Ă  jamais.

Qu’est-il arrivé ? Qu’a-t-il entendu ? Que faire d’une irruption aussi brutale et surprenante quand on est un philosophe formé à l’agnosticisme ?

Dans ce livre où l’aventure se double d’un immense voyage intérieur, Éric-Emmanuel Schmitt nous dévoile, pour la première fois, son intimité spirituelle et sentimentale, montrant comment sa vie entière, d’homme autant que d’écrivain, découle de cet instant miraculeux.

« Quelque part mon vrai visage m’attend. » (page 39)

Notre avis

Attiré par un titre prometteur, car la nuit invite aux mystères et au sein maternel protecteur, quant au feu, il réchauffe, éclaire mais peut aussi brûler, le lecteur s’engouffre dans cette ambivalence avec la promesse d’en ressortir différent, plus fort, grandi, comme après chaque lecture d’un opus d’Éric-Emmanuel Schmitt.

L’auteur s’intéresse depuis toujours aux êtres et à l’être, sous toutes les formes. C’est certainement pour cela qu’il a suivi une formation de philosophe. Avec LA NUIT DE FEU, Éric-Emmanuel Schmitt dévoile une parcelle de son être intérieur et nous permet de comprendre enfin ce qui l’a amené à écrire autant d’œuvres où la présence de la croyance est forte et la raison tente de dominer les passions. Il est habité par une foi sans faille depuis cette nuit magique où il a reçu l’illumination.

Dès son arrivée à Tamanrasset, en Algérie, il dit  « Le ciel s’abattit sur ma tête. Les étoiles ruisselaient, proches, palpitantes, vivantes, à portée de main. L’infini me souriait. En une seconde, je flairai que j’avais rendez-vous avec l’exceptionnel. » (page 13)

Et c’est bien d’exceptionnel dont il s’agit dans cette aventure. D’abord par la présence de compagnons de route hors du commun : son ami Gérard avec qui il vient tourner un film sur la vie de Charles de Foucauld, Donald, l’américain responsable de l’excursion, Abayghur, leur guide touareg, Martine, une agrégée de maths, Thomas, un enseignant en géologie, Jean-Pierre, un astronome passionné, … autant d’êtres qui tentent de soulever le voile des apparences et narrent les secrets des panoramas célestes, terrestres et plus encore. Mais aussi et surtout, par cette foi qui jaillit soudain en pleine nuit d’égarement.

Extraits :

Page 56 : « Même l’eau sait nous dire je t’aime en posant sur nos lèvres le meilleur des baisers. »

Page 71 : "Le besoin de comprendre ne se résume pas à un appétit de rationalité, c’est le besoin de se rassurer en identifiant les ténèbres, en mettant de l’ordre dans la chaos. Au fond, tous les éclaircissements renvoient à une origine : la peur de ne pas en avoir. »

Page 137 : "l’éternité a duré une nuit."

Page 180 : « La foi est différente de la preuve. L’une est humaine, l’autre est un don de Dieu. C’est le cœur qui sent Dieu, et non la raison. »

Dernière page (183) : « Une nuit sur terre m’a mis en joie pour l’existence entière. »

La plume toujours fluide et pure d’Éric-Emmanuel Schmitt délivre des mots doux et puissants à la fois, laissant une emprunte indélébile dans l’immensité complexe de l’humanité, car la quête de Vérité est éternelle et inaccessible… L’auteur nous montre que l’être traversant des épreuves a la chance d’affronter sa propre vérité, progresse et s’élève, afin de mieux vivre sa vie et d’appréhender sa mort avec plus de sérénité, car pour lui, elle n’est pas une fin mais juste un changement de forme. (page 140)

On s’enflamme !

LA NUIT DE FEU, par Éric-Emmanuel Schmitt

Parution le 2 septembre 2015, aux éditions Albin Michel www.albin-michel.fr

Promotion du livre : Gilles Paris www.gillesparis.com

Florence Courthial

top