logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

INFINIS D’ASIE

Jean-Baptiste HUYNH

Exposition jusqu’au 20 mai 2019 - MusĂ©e National des Arts asiatiques – Guimet

6 place d’IĂ©na – 75016 Paris

Plus d’information sur www.guimet.fr

Le musĂ©e Guimet prĂ©sente une splendide rĂ©trospective de photographies de l’artiste franco-vietnamien Jean-Baptiste Huynh du 20 fĂ©vrier au 20 mai 2019. Cette exposition nous enchante car elle est un voyage imaginaire et introspectif du photographe rĂ©alisĂ© pendant deux ans au sein des collections et des rĂ©serves du musĂ©e. Les visages, les regards, l’image de soi, la lumiĂšre, les vĂ©gĂ©taux, les objets usuels et sacrĂ©s, les animaux, l’intemporalitĂ© et la relation Ă  l’infini sont autant de sujets explorĂ©s par cet artiste.



DEAR WHITE PEOPLE
Lundi, 16 Mars 2015 17:07

DEAR WHITE PEOPLE, le premier long-mĂ©trage de Justin Simien, est une comĂ©die satirique explosive sur « ĂȘtre Noir dans un monde de

Blancs ». Le film est une tranche de vie de quatre étudiants Noirs dans une des plus prestigieuses universités américaines. Il dépeint

leurs relations complexes et tendues avec les Ă©tudiants Blancs. Une soirĂ©e Halloween organisĂ©e par un groupe d’étudiants Blancs dont

le thÚme est « Libérez le négro qui est en vous » dégénÚre... Au cinéma le 28 mars 2015 et dans vos esprits pour un long moment !

 

Synopsis

L’élection inattendue de la militante Samantha White (Sam) Ă  la tĂȘte d’une rĂ©sidence universitaire historiquement Noire, conduit Ă  un affrontement interculturel remettant en question les conceptions de chacun sur ce que signifie ĂȘtre Noir dans un univers devenu majoritairement Blanc. Sam s’est fait une rĂ©putation grĂące Ă  son Ă©mission provocante de radio au sein du campus, « Dear White People », soutenant l’appartenance de la rĂ©sidence Armstrong/Parker aux Ă©tudiants Noirs. Troy Fairbanks, fils du doyen de la Winchester University, homme de couleur, dĂ©cide de dĂ©fier son pĂšre en postulant pour le journal humoristique « The Pastiche ». Lionel Higgings est quant Ă  lui, recrutĂ© par un autre journal destinĂ© aux Blancs et doit dĂ©crire ce qui ce passe cĂŽtĂ© Noir. Lui-mĂȘme est Noir et gay, ce qui suscitera aussi des attitudes dĂ©placĂ©es. Et, il y a la sulfureuse Coco Conners qui veut se faire une place dans le milieu de la tĂ©lĂ©rĂ©alitĂ© en jouant la carte de la provocation. Ces quatre « leaders » Noirs cĂŽtoient d’autres personnages avec lesquels les joutes verbales n’ont de cesse, qu’ils soient noirs, blancs, mĂ©tisses ou issus des minoritĂ©s.

Dans l’AmĂ©rique d’Obama, on se veut libres et tolĂ©rants. Cependant, l’histoire lourde et tragique qui a blessĂ© toute la communautĂ© noire et sa diaspora est toujours dans l’ombre de ceux et celles qui inlassablement essaient d’ĂȘtre et de vivre comme tout le monde. Peu importe la couleur de la peau, c’est la couleur des sentiments qui importent, chacun(e) ayant une double quĂȘte, rĂ©ussir dans sa vie en dĂ©crochant un job intĂ©ressant et, aimer et ĂȘtre aimĂ©(e) !

DEAR WHITE PEOPLE est un film excellent parce qu’il a un style unique et trĂšs original. Acide et tendre Ă  la fois. Le titre est presque un oxymore
 En sortant du film, on rĂ©pĂšte « Dear White People » un peu comme un mantra. ‘Dear’ parce qu’en fait les blancs sont chers (double sens, vous penserez Ă  la toute derniĂšre rĂ©plique du film
), ‘White’ (c’est le nom de famille de Sam, dont on dĂ©couvre tardivement un pĂšre blanc), et parce que Sam s’adresse aux blancs, ‘People’, enfin, parce que ce film est vraiment accĂšs sur l’humain, ĂȘtre en quĂȘte permanente, d’identitĂ© et de reconnaissance. Mais les relations avec autrui sont toujours complexes.

La mixité ne doit-elle pas passer par un mélange total, et donc un décloisonnement des lieux de vie et de travail ? Les personnages du film ont tous des personnalités fortes presque caricaturales ; ils sont émouvants dans ce chaos coloré et percutant.

Le film est remarquablement joué, avec humour et dérision. La musique est top.

La nouvelle gĂ©nĂ©ration amĂ©ricaine a grandi avec BeyoncĂ©, JAY Z, Kobe, Oprah Winfrey, A$AP Rocky, Kanye West, a votĂ© pour Obama et pourtant, la question raciale reste toujours prĂ©gnante et les gens de couleurs sont trop rares dans les films amĂ©ricains. Il faut que ça change ! Si nous Ă©tions tous Ă©quitablement mixĂ©s, on ne parlerait plus de racisme. Ce mot ne serait alors accessible que dans les livres d’histoire. Et comme a dit Yves Coppens lors d’une confĂ©rence au musĂ©e du quai Branly au moment de la sortie du livre de Lilian Thuram « Mes Ă©toiles noires », nous sommes TOUS AFRICAINS ! Car nos ancĂȘtres le sont. Et le sang de tous les ĂȘtres vivants est ROUGE.

 

DEAR WHITE PEOPLE, un film de JUSTIN SIMIEN

À voir et à revoir, en V.O. of course !

États-Unis, durĂ©e : 1h48, au cinĂ©ma le 25 mars 2015

Avec Tyler James Williams (Lionel), Tessa Thompson (Sam), Kyle Gallner (Kurt), Teyonah Parrish (Coco), Brandon Bell (Troy), Malcom Barrett (Helmut) et Dennis Haysbert (le Doyen).

Réalisateur et scénariste : Justin Simien, Casting : Kim Coleman, Compositeur : Kathryn Bostic, Monteur : Phillip J. Bartell, Chef décorateur : Burton Jones, Chef opérateur : Topher Osborn, Producteur : Code Red, Coproducteur : Homegrown Pictures, Distributeur : Happiness Distribution, attaché de presse : Guerrar and Co.

www.happinessdistribution.com

« Le coup de cƓur de Sundance » avec un prix spĂ©cial du Jury

« Un mĂ©lange de Spike Lee, Almodovar et mĂȘme de Chabrol » Next LibĂ©ration

« Le film dont tout le monde parle. » The Wall Street Journal

Cinglant mais tellement d’actualitĂ©, « Dear White People » est vĂ©ritablement haut en couleurs !

Florence Courthial

Bande-annonce

https://youtu.be/p8KAWGjP7Gg

MiBBs - No More Leaders, une des musiques du film

https://youtu.be/r4Cr5pR_wNA

 

top