logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

INFINIS D’ASIE

Jean-Baptiste HUYNH

Exposition jusqu’au 20 mai 2019 - MusĂ©e National des Arts asiatiques – Guimet

6 place d’IĂ©na – 75016 Paris

Plus d’information sur www.guimet.fr

Le musĂ©e Guimet prĂ©sente une splendide rĂ©trospective de photographies de l’artiste franco-vietnamien Jean-Baptiste Huynh du 20 fĂ©vrier au 20 mai 2019. Cette exposition nous enchante car elle est un voyage imaginaire et introspectif du photographe rĂ©alisĂ© pendant deux ans au sein des collections et des rĂ©serves du musĂ©e. Les visages, les regards, l’image de soi, la lumiĂšre, les vĂ©gĂ©taux, les objets usuels et sacrĂ©s, les animaux, l’intemporalitĂ© et la relation Ă  l’infini sont autant de sujets explorĂ©s par cet artiste.



Anton Tchekhov, 1890
Mercredi, 18 FĂ©vrier 2015 17:27

Le cĂ©lĂšbre Ă©crivain russe Anton Pavlovitch Tchekhov (ĐĐœŃ‚ĐŸĐœ ПаĐČĐ»ĐŸĐČоч Đ§Đ”Ń…ĐŸĐČ) nĂ© le 29 janvier 1860 Ă©tait aussi mĂ©decin. Il a exercĂ© Ă  partir de 1884 tout en publiant des nouvelles dans les journaux russes, sous le pseudonyme Antocha TcĂ©khontĂ©, pour augmenter ses modestes revenus car il devait subvenir aux besoins de sa famille. TrĂšs sensible Ă  tous les malheurs d’autrui, il a passĂ© sa courte carriĂšre a soignĂ©, Ă©coutĂ© et aidĂ© son prochain et transformĂ© ses expĂ©riences en nouvelles, contes, rĂ©cits et piĂšces de thĂ©Ăątre. Le rĂ©alisateur français RenĂ© FĂ©ret lui rend un superbe hommage avec son film ANTON TCHEKHOV 1890 qui sortira en salles le 18 mars. À voir absolument !

 

Synopsis : ÉtĂ© 1890. Pour gagner un peu d’argent et nourrir sa famille avec qui il vit (frĂšres, sƓurs, pĂšre et mĂšre), Anton TchĂ©kov, mĂ©decin modeste, Ă©crit des nouvelles pour les journaux qu’il signe Antocha TchĂ©khontĂ©. Deux personnages importants, Ă©crivain et Ă©diteur, viennent lui faire prendre conscience de son talent. Sa situation financiĂšre s’amĂ©liore et Anton Tchekhov obtient le prix Pouchkine avec son opus « La steppe » et acquiert la sympathie de TolstoĂŻ. Mais lorsque l’un de des frĂšres, Kolia, meurt de la tuberculose, Anton le vit comme un Ă©chec personnel (car il lui avait promis de le guĂ©rir) et veut fuir sa notoriĂ©tĂ© et ses amours. Il se souvient de la promesse qu’il avait faite Ă  son frĂšre Kolia d’aller sur l’üle de Sakhaline, Ă  10 000 kilomĂštres de Moscou, Ă  la rencontre des bagnards avec l’intention de tĂ©moigner de leurs trĂšs mauvaises conditions de dĂ©tention.

Notre avis : De petites piĂšces en petites piĂšces de sa modeste maison, Tchekhov nous conduit dans son univers intime. Un silence intĂ©rieur rĂšgne malgrĂ© le craquement du parquet et le crissement de sa plume lorsqu’il Ă©crit. La douloureuse et incurable tuberculose est omniprĂ©sente, dans son foyer tout comme dans les maisons alentours. Telles des matriochkas (les poupĂ©es russes), les vies s'emboĂźtent les unes avec les autres. Celle de Tchekhov est modeste. Il vit avec sa sƓur, ses frĂšres et ses parents dans une grande proximitĂ©, de cƓur et de corps. Il ne sait pas qu’il est un gĂ©nie de l’écriture. Elle est pourtant fluide et naturelle, mĂȘme lorsqu’on lui fait des commandes. « J’écris comme on fait des crĂȘpes ! Je pose la plume sur le papier, quand je la relĂšve, l’histoire est terminĂ©e ! »

Anton est trĂšs proche de ses frĂšres et particuliĂšrement de Kolia qui est peintre et malheureusement trĂšs malade. Il a aussi une grande complicitĂ© avec sa sƓur, discrĂšte mais nĂ©anmoins trĂšs prĂ©sente (jouĂ©e merveilleusement par Lolita Chammah). Elle rĂ©Ă©crit proprement les textes de son frĂšre avant de les envoyer aux publications. Elle aussi peint. Nina, l’institutrice rencontrĂ©e Ă  Sakhaline, a aussi beaucoup d’importance pour lui.

On dĂ©couvre un Tchekhov (admirablement jouĂ© par Nicolas Giraud : il incarne Tchekhov) lucide, profondĂ©ment humain, humble, empli de compassion (il dira pourtant Ă  Lika, sa maĂźtresse occasionnelle, que son cƓur est froid ?! ) On est entrĂ© avec humour dans sa vie (qui est Antocha ? cachĂ© derriĂšre un masque africain dans les premiĂšres minutes du film) et on en sort Ă©mus et grandis par la puissance d’un gĂ©nie profondĂ©ment humaniste.

Il rĂšgne dans ce trĂšs beau film une vraie fraternitĂ©, beaucoup de douceur et de sensibilitĂ©, de l’humour malgrĂ© les souffrances vĂ©cues et une grande sincĂ©ritĂ© des personnages. Le spectateur est bercĂ© par la jolie musique de Marie Jeanne SĂ©rĂ©ro. Un seul petit bĂ©mol : ne cherchez pas l'Ăąme russe... c’est plutĂŽt celle de RenĂ© FĂ©ret qu’on ressent, il est certainement le Tchekhov français d’un cinĂ©ma sensible, trĂšs pur, et c’est dĂ©jĂ  beaucoup !

Heureusement, RenĂ© FĂ©ret a 69 ans, il a donc largement dĂ©passĂ© les 44 annĂ©es de vie de Tchekhov et on lui souhaite de rĂ©aliser encore de nombreux films Ă©mouvants, en restant en bonne santé ! ĐœĐ° Đ·ĐŽĐŸŃ€ĐŸĐČĐ” !

Florence Courthial

ANTON TCHEKHOV 1890, un film de René Féret

Casting : Anton Tchekhov : Nicolas Giraud ; Macha Tchekhov : Lolita Chammah ; Kolia Tchekhov : Robinson Stévenin;

Souvorine : Jacques BonnaffĂ©; Lika : Jenna Thiam; Alexandre Tchekhov : Brontis Jodorowsky; Anna, l’institutrice : Marie FĂ©ret

Isaac : Alexandre Zeff; Grigorovitch : Philippe Nahon; TolstoĂŻ : FrĂ©dĂ©ric Pierrot ; Les filles de TolstoĂŻ : LĂ©one et Faustine FĂ©ret; Le pĂšre d’Anton : Guy Cisterne; La mĂšre d’Anton : Michelle L’Aminot; Les 4 soeurs de Sakhaline : Lisa FĂ©ret, Marie Martel, Camille Paquet, Maeva Roumieux; Le gouverneur de Sakhaline : Albert Delpy; Le mĂ©decin de Sakhaline : Daniel Delabesse; L’épouse du mĂ©decin : Marie-Jeanne SĂ©rĂ©ro; Nina : Marion TrĂ©montels; Treplev : Guillaume Pottier; Le pĂšre de l’enfant : FrĂ©dĂ©ric HulnĂ©; L’enfant qui a fumĂ© : Sacha Bravard; La femme de Souvorine : Agathe L’Huillier; Le premier prisonnier : Jean-Pierre Moulin; La prisonniĂšre : Dominique Arden; IĂ©gor : Bruno DavĂ©zĂ©; Le fonctionnaire Sakhaline : Ugo Broussot; Le jeune frĂšre Tchekhov : Simon Perrier; L’autre jeune frĂšre de Tchekhov : Alexandre Quillet.

Technique

Scénario, réalisation et production : René Féret - Musique : Marie-Jeanne Séréro

Production et montage : Fabienne FĂ©ret - LumiĂšre : Lucas Bernard

Cadre : Karine Aulnette - Son tournage : Emmanuelle Villard, Nicolas Paturle

Costumes : Carole GĂ©rard - DĂ©cors : VĂ©ronica Fruhbrodt

Avec la participation du Centre National du CinĂ©ma et de l’Image animĂ©e

PÎle Cinéma de la région Limousin

France – 2015, DurĂ©e : 1h36, visa n°135985

Sortie le 18 mars 2015

Bande annonce et informations: www.reneferet.comtop