logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

INFINIS D’ASIE

Jean-Baptiste HUYNH

Exposition jusqu’au 20 mai 2019 - Musée National des Arts asiatiques – Guimet

6 place d’Iéna – 75016 Paris

Plus d’information sur www.guimet.fr

Le musée Guimet présente une splendide rétrospective de photographies de l’artiste franco-vietnamien Jean-Baptiste Huynh du 20 février au 20 mai 2019. Cette exposition nous enchante car elle est un voyage imaginaire et introspectif du photographe réalisé pendant deux ans au sein des collections et des réserves du musée. Les visages, les regards, l’image de soi, la lumière, les végétaux, les objets usuels et sacrés, les animaux, l’intemporalité et la relation à l’infini sont autant de sujets explorés par cet artiste.



Les corps intermédiaires de M. Mahmoud N’Dongo
Mercredi, 15 Janvier 2014 17:46
alt« Les corps intermédiaires », le nouveau roman de Mamadou Mahmoud N’Dongo, est un roman dynamique et passionnant, avec des personnages hauts en couleur où l’art contemporain est au cœur d’un roman-polar mélangeant les genres, à la fois thriller, roman, essai politique et documentaire social. Une combinaison pas facile à imaginer qui pourtant semble couler de source pour Mamadou Mahmoud N’Dongo, auteur très apprécié de la rédaction de Blackmap.

Que la lumière soit !? C’est à vous de voir…


Comme c’est un roman haletant plein de rebondissements et de surprises, nous n’allons pas vous raconter son histoire ni même la résumer. Ce serait dénaturer cet opus écrit de la plume alerte de son auteur, faisant toujours preuve de beaucoup d’humour et de suspens.

Trois chapitres aux noms extravagants : « L’homme aux poupées », « Savon & Peau », « Hymen » qui pourraient bien confirmer ce que Nietzsche a dit « L’art nous empêche de mourir de la vérité. » !

Quatrième de couverture :


«Abbas avait mis au point un procédé pour repérer la plus belle femme dans une assemblée, une approche simple... C'est celle que toutes regardent... Rétrospectivement, je le reconnaissais bien là, il s'appuyait sur autrui pour parvenir à ses fins ; pour ma part, j'employais une technique plus rudimentaire où mon désir allait d'une fille à l'autre, mais avant cette phrase, comme toute proie, je ne sentis sa présence que lorsqu'il le décida, c'est-à-dire quand j'étais déjà mort.»

Thomas Schoeller est un artiste-vidéaste, qui travaille à sa dernière installation ayant pour thème : «Les femmes dans la révolution de Jasmin».

Abbas Sidi Saïd est un riche collectionneur, fils de Nabil Sidi Saïd, despote et guide religieux d'un pays gagné à son tour par les révolutions arabes.

Abbas commande son portrait à Thomas Schoeller.

De cette rencontre aux diaboliques péripéties, Mamadou Mahmoud N'Dongo nous offre avec Les corps intermédiaires un formidable roman, au confluent de l'histoire, du religieux, de la création artistique, où les passions deviennent obsessions.
alt
Extraits :

« J’avais besoin de l’ellipse pour élargir et grossir la focale, la caméra était ma médiation sur la question de la mémoire, qui s’articule autour de deux axes : l’histoire et l’oubli. » Page 169

« - Il y a trois niveaux de régulation émotionnelle, dit-il en les énumérant sur ses doigts boudinés : le réel, le symbolique et l’imaginaire ; le réel qui part du présent, le symbolique : tous les signes, signaux porteurs d’un sens, et l’imaginaire : tout ce que l’on fera plus tard ! C’est là que vous intervenez : un Etat n’est fort que s’il est capable d’admettre l’intrusion du temps dans son organisation. Le temps c’est l’évolution de l’opinion ! » page 238.

LES CORPS INTERMÉDIAIRES
, par Mamadou MAHMOUD N’DONGO, éditions Gallimard, Collection Continents Noirs, 256 pages.

www.gallimard.com
top