logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

INFINIS D’ASIE

Jean-Baptiste HUYNH

Exposition jusqu’au 20 mai 2019 - Musée National des Arts asiatiques – Guimet

6 place d’Iéna – 75016 Paris

Plus d’information sur www.guimet.fr

Le musée Guimet présente une splendide rétrospective de photographies de l’artiste franco-vietnamien Jean-Baptiste Huynh du 20 février au 20 mai 2019. Cette exposition nous enchante car elle est un voyage imaginaire et introspectif du photographe réalisé pendant deux ans au sein des collections et des réserves du musée. Les visages, les regards, l’image de soi, la lumière, les végétaux, les objets usuels et sacrés, les animaux, l’intemporalité et la relation à l’infini sont autant de sujets explorés par cet artiste.



Sous le toit du monde
Lundi, 23 DĂ©cembre 2013 13:47
alt Le septième roman de Bernadette Pécassou, « Sous le toit du monde », est inspiré de faits réels dramatiques qui se sont déroulés au Népal. Il rappelle à quel point la condition féminine est déplorable dans les pays où la démocratie continue d’être un rêve. Sous les neiges sacrées du toit du Monde, combien se cachent de mœurs et de leurres ? Après son opus poignant « La dernière Bagnarde » publié en 2011 aux éditions Flammarion, Bernadette Pécassou nous offre, en cette fin d’année, un nouveau roman bouleversant.

Au soir du 1er juin 2001, le roi du Népal et sa famille sont sauvagement assassinés dans leur Palais à Katmandou. Massacre terrible au cœur d’un Népal en pleine guerre civile.

Inspirée de faits réels, la romancière met en scène une galerie de personnages très attachants dont Karan, un jeune français d’origine népalaise qui décide de retourner dans son pays pour y créer un journal qui représentera la nouvelle société népalaise. Karan rencontre une jeune étudiante, Ashmi, originaire de la haute montagne et souhaitant devenir enseignante. Il fera tout pour qu’elle accepte d’être la première femme journaliste alors que la corruption fait rage et que le sexisme perdure.

Ashmi notre héroïne, devient rapidement une journaliste d’exception mais on l’oblige à s’éloigner du terrain houleux sur lequel elle réussit des investigations sur des sujets d’actualité très sensibles. On découvre, à titre d’exemple, que les femmes népalaises ne peuvent ni posséder ni hériter des terres ! Au contact des ONG, Ashmi comprend qu’elle peut faire changer les choses, en les dénonçant. On la suit alors dans toutes ses pérégrinations, jusqu’à la tragédie… insoutenable.

L’écriture vive et fluide de Bernadette Pécassou nous transporte dans un tourbillon d’émotions car, sous le toit du monde, se cachent des drames méconnus pour notre société occidentale qui passe toujours trop vite sur les faits divers lointains et pourtant, si importants !

Sous le toit du Monde ne vous laissera pas de glace…
alt
Sous le toit du monde, par Bernadette PĂ©cassou, aux Ă©ditions Flammarion, 312 pages.

Extrait page 113 : « Au pied des hautes montagnes du Népal, dans ces villages du bout du monde isolés par des heures de marche, la survie des familles prime sur toutes choses et la loi des hommes pour garantir cette survie est toute puissante. Les choses n’ont jamais changé. Ici chacun a sa place et on ne lâche rien. »

Promotion du livre : www.gillesparis.com

Par Florence Courthial

Crédit photo : Richard Schroeder, pour Flammarion
top