logotype

NOTRE COUP DE COEUR...

20 ANS d'acquisitions du musée du Quai Branly Jacques Chirac

 

Exposition du 24 septembre 2019 au 26 janvier 2020

Musée du Quai Branly - Jacques Chirac

Plus d’information sur www.quaibranly.fr

20 ans. Les acquisitions du musée Quai Branly - Jacques Chirac, est une exposition remarquable, témoin de la vitalité des créations d'Afrique, d'Océanie, d'Asie et des Amériques. Depuis sa première acquisition en 1998 une statuette féminine provenant du Mexique, créée entre 600 et 200 avant J.-C., symbole iconique du musée du quai Branly, jusqu'à nos jours, vous découvrirez plus de 500 chefs-d'oeuvre des arts premiers, principalement...



TAIS-TOI ET MEURS, par Alain Mabanckou
Mardi, 12 FĂ©vrier 2013 17:59
alt Dans son roman, "Tais-toi et meurs", Alain Mabanckou décrit les tribulations d'un jeune congolais dans la "jungle parisienne", récit écrit sous forme d’un journal qui se transforme vite en polar. Cet opus se lit d’une traite, comme beaucoup d’œuvres de Mabanckou. Avec ce livre, l’auteur nous invite à découvrir un Paris vraiment noir…

Tais-toi et meurs, mis en vente le 13 septembre dernier, est un roman dans lequel le lecteur plonge littéralement dans les méandres de « la jungle parisienne » et découvre les mésaventures d’un congolais de Brazzaville, Julien Makambo, dont le nom de famille signifie « les ennuis », en lingala. Julien a troqué sa véritable identité pour le nom français de José Montfort afin de « monter » discrètement en France et de s’y installer. Croyait-il, ainsi, abandonner un nom prémonitoire ?

A Paris, Julien Makambo, alias José Monfort, habite dans un studio du dixième arrondissement, rue de Paradis, avec une bande de cinq compatriotes congolais. Il vit de magouilles toujours dirigées par son soi-disant « grand frère » Pedro, Sapeur à la page et « homme d’affaires » au bras long. Les affaires vont bon train dans le « milieu congolais de Paris », dans lequel combines douteuses, vols de chéquier, marché noir, faux et usages de faux sont quotidiens, jusqu’à ce fameux « vendredi 13 » où tout bascule pour Julien. Il se retrouve accusé de la défenestration d’une jeune femme, alors qu’il était en bas de l’immeuble lorsque cela s’est produit.

Pourquoi accuse-t-on José Montfort ? Pourquoi se retrouve-t-il en détention « provisoire » à Fresnes ? Pourquoi couvre-t-il La Une de tous les journaux ?

C’est ce que vous découvrirez à la lecture de ce petit livre bien fait, dans lequel humour, adages africains et suspens sont au rendez-vous.

Alain Mabanckou évoque avec son écriture fluide, crue et vive, les hauts lieux du Paris Noir : Château-Rouge pour les congolais, Montreuil pour les maliens, s’amuse à montrer que le racisme existe entre Noirs d’origines différentes, mais aussi au sein d’une même communauté. L’auteur brosse des tableaux hauts en couleurs et décrit si bien les lieux qu’il nous y projette…

Alain Mabanckou joue aussi avec les côtés amusants de l’Afrique Noire parisienne, ses clubs, ses bars, ses coins et recoins. Et surtout, il raconte les tribulations d’un José/Julien qu’on prendrait presque en sympathie !

Tout comme on ne s’ennuie pas avec Makambo, on ne s’ennuie jamais à la lecture d’un Mabanckou. Ce livre vous donnera-t-il une furieuse envie d’acheter des Weston bordeaux et un costume vert électrique ?
alt
Tais-toi et meurs, par Alain Mabanckou, aux éditions la branche, collection vendredi 13, 224 pages. Roman à lire avant le prochain « vendredi 13 »…

www.gillesparis.com

Extraits :

Page 29 : « - C’est pour ça qu’ils sont tristes et froids, ces français ! Regardez-les dans la rue ! C’est pitoyable ! Vous vous rendez compte qu’ils portent du gris ou du noir 365 jours sur 365, et même quand c’est une année bissextile !

Page 123 : « Au fond, cela montre que j’ignore désormais qui je suis, et plus encore qui je serai demain. Or il n’y a pas de lendemain lorsque le tunnel semble de plus en plus sombre et que le spleen devient la couverture de vos nuits, une couverture qui ne vous réchauffe pas ».

Trois mots sur l’auteur :

Alain Mabanckou est né en 1966 à Pointe-Noire. Romancier, poète, essayiste et journaliste (plus de quatorze romans publiés), il obtient Le Grand Prix littéraire pour l’Afrique Noire en 1998, pour son œuvre Bleu-Blanc-Rouge, le prix Ouest-France Étonnants Voyageurs, le prix des cinq continents de la Francophonie et le prix du livre RFO en 2005 pour Verre cassé, le prix Renaudot en 2006 pour Mémoires de porc-épic. En 2010, il publie Demain j’aurai vingt ans (Prix Georges Brassens). Alain Mabanckou vient d’être récompensé par l’Académie Française pour l’ensemble de son œuvre, Grand Prix de littérature Henri Gal, 2012.
alt
Alain Mabanckou vient de publier « Lumières de Pointe-Noire » aux éditions du Seuil et codirige le Festival Étonnants-Voyageurs qui se délocalise de St Malo à Brazzaville du 13 au 17 février 2013. Le Festival accueille une centaine d’écrivains d’origine africaine ou pas, habitant sur le continent ou pas, bref, un festival ouvert à tous où flottera le doux parfum des arts et des lettres d’Afrique.

« Une centaine d’auteurs, de cinéastes et de musiciens d’Afrique et des quatre coins du globe diront non seulement ce continent qui bouge, mais aussi celui qui naît sous nos yeux. Brazzaville redeviendra le carrefour des Lettres africaines qu’il fut jadis avec la revue Liaison et la consécration des voix majeures comme Tchicaya U Tam’si, Sony Labou Tansi, Henri Lopes ou Emmanuel Dongala... » précise Alain Mabanckou.

Informations : www.etonnants-voyageurs.com

par Florence Courthial
top